Les éditions dédient ce site à toutes les femmes qui n’ont cessé de nourrir la revue Etoiles d’Encre de leurs textes, leur poésie, leur art, la chaleur de leur solidarité et de leur indulgence

 

Contributeurs au livre "Ma mère"

Publié dans LES AUTEURES

Biographies

Kebir-Mustapha Ammi  est né à Taza, Maroc, dans une famille algéro-marocaine. Etudes de philosophie et de littérature anglaise aux Etats-Unis et en Angleterre. Professeur d'anglais dans la région parisienne. Son dernier ouvrage : Le ciel sans détours, roman, Gallimard, 2007. Chez Gallimard : Feuille de verre, jeunesse, 2004 ; Le Partage du Monde, roman, 1999. Chez L'Aube : Apulée, mon éditrice et moi, roman, 2006 ; La fille du vent, roman, 2002 ; Thagaste, roman, 1999. Aux Presses de la Renaissance : Sur les pas de saint Augustin, essai, 2001 ; Hallaj, martyr mystique de l'islam, essai, 2003 ; Abd el-Kader, essai, 2004. Aux éditions Lansman : Alger la blanche, théâtre, 2003, créée à Orly, en 2003, Théâtre du Cerceau. Les trois essais : Saint Augustin, Hallaj, Abd el-Kader (le disciple d'ibn Arabi) composent un triptyque dans lequel Kébir Ammi a sciemment voulu réunir les figures de ces trois grands personnages.

Ali Bécheur  est né en 1939 à Sousse en Tunisie. Il est romancier, nouvelliste et essayiste. Ses romans : De miel et d'aloès, éd. Cérès, Tunis, 1989 ; Les rendez-vous manqués, éd. Cérès, Tunis, 1994 ; Jours d'adieu, éd. Cérès, Tunis, 1996 ; Tunis Blues, éd. Clairefontaine, Tunis, 2002 ; Le paradis des femmes, éd. Elyzad, Tunis, 2006 ; L'Attente, éd. Cérès, Tunis, 2007. Ses nouvelles : Les saisons de l'exil, éd. Cérès, Tunis, 1991 ; Une saison violente in Dernières nouvelles de l'été, aux côtés de Hélé Béji,Tahar Bekri, Colette Fellous et Alain Nadaud, éd. Elyzad, Tunis, 2005. Essai : La porte ouverte, éd. La Nef, Tunis, 2000. Ali Bécheur a reçu plusieurs prix littéraires en Tunisie. Il anime actuellement un atelier d'écriture au sein de la Médiathèque Charles de Gaulle à Tunis.

Tahar Bekri  Poète né en 1951 à Gabès, en Tunisie. Vit à Paris depuis 1976. Il écrit en français et en arabe. Il a publié une vingtaine d'ouvrages (poésie, essais, livre d'art). Sa poésie, est traduite dans différentes langues et fait l'objet de travaux universitaires. Son œuvre, à la croisée de la tradition et de la modernité, évoque des traversées de temps et d'espaces continuellement réinventés. Parole intérieure, elle est enracinée dans la mémoire, en quête d'horizons nouveaux. Tahar Bekri est considéré aujourd'hui comme l'une des voix importantes du Maghreb. Il est actuellement Maître de conférences à l'Université de Paris X-Nanterre. Ses publications touchent à plusieurs genres, dont : Le livre du souvenir, carnets, Ed. Elyzad, Tunis, 2007 ; Si la musique doit mourir, poésie, Ed. Al Manar, Paris, 2006 ; La brûlante rumeur de la mer, Ed. Al Manar, 2004 ; L'Horizon incendié, Ed. Al Manar, 2002.

Marcel  Benabou est né en 1939, à Meknès (Maroc) et vit à Paris depuis 1956. Ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, il est professeur émérite à l'Université Paris VII-Denis Diderot.  Ses travaux ont porté sur la Rome antique, en particulier l'Afrique romaine et les processus d'acculturation et de romanisation qui sont à l'œuvre dans ses provinces. Il est par ailleurs  membre de l'OULIPO (Ouvroir de Littérature Potentielle) depuis 1969. Ses travaux oulipiens portent sur la genèse de l'œuvre littéraire et l'autobiographie. Ses dernirers titres : Jacob, Ménahem et Mimoun. Une épopée familiale, Le Seuil, 1995 ;  Résidence d'hiver, Le Verger éditeur, Strasbourg, 2001 ;  Ecrire sur Tamara, Presses Universitaires de France, 2002 ; Pourquoi je n'ai écrit aucun de mes livres, 2ème édition, Presses Universitaires de France, 2002 ; La Résistance africaine à la romanisation, 2ème édition, La Découverte,  2005

Djilali Bencheikh est né en 1944 dans la vallée du Cheliff en Algérie. Son village natal les Attafs près d'El Asnam (ex Orléansville) inspire la plupart de ses ouvrages. Venu en France pour suivre des études il s'est  attardé depuis 37 ans dans  l'Hexagone.  Après un DES  d'économie - une discipline à laquelle il n'a rien compris - il s'est tourné progressivement vers le journalisme et la littérature qui habitent aujourd'hui sa vie. Actuellement il est responsable d'édition à Radio Orient une station franco-arabe basée en France. Il y anime aussi une chronique quotidienne de livres, intitulée Au fil des Pages. Il est l'auteur de deux romans Tes Yeux bleus occupent mon esprit. Ed Elyzad Tunis. 2007 ; Mon frère ennemi. Ed Séguier. Paris 1999 ; Un recueil de nouvelles Voyage au bord de l'enfance. Paris Méditerranée 2000 ; Il a collaboré à des revues comme Algérie Littérature action ou Paris Plus.  

Albert Bensoussan est né en 1935 à Alger, ville qu'il a quittée à l'indépendance pour occuper un poste d'enseignant en France. Il est docteur ès Lettres. Ces 26 années passées dans la capitale de l'Algérie en ont fait un chroniqueur privilégié : sa mémoire, avivée par ses longues études, recrée inlassablement les plaisirs et les douleurs de celle qu'il a nommée, (fantasme ou mythe ?), « Aldjezar ». Il a publié plus d'une trentaine de fictions sur ce seul objet dont Les Bagnoulis, Mercure de France, 1965 ; Frimaldjezar, Calman Levy, 1976 ; Au nadir, Flammarion, 1978 ; L'œil de la Sultane, L'Harmattan, 1996... Traducteur littéraire, il a publié Confessions d'un traître. Essai sur la traduction, Presses Universitaires de Rennes, 1995 ;  il a prêté sa voix, entre autres écrivains d'Espagne et d'Amérique latine, à Mario Vargas Llosa (Tours et détours de la vilaine fille) et Zoé Valdés (L'éternité de l'instant).

Sophie Bessis est née en 1947 à Tunis. A fait des études d'histoire en France où elle s'est installée en 1975. Longtemps journaliste est actuellement universitaire, travaille sur les relations Nord-Sud, l'Afrique subsaharienne et le monde arabe. Elle a fait de nombreuses enquêtes sur les femmes du Maghreb. Auteur de plusieurs livres sur ces sujets. Est secrétaire générale adjointe de la Fédération internationale des droits de l'homme (FIDH). Ses derniers titres : Femmes de Méditerranée (direction) Karthala, 1995 ; L'Occident et les autres, histoire d'une suprématie, La Découverte, 2001, 2e édition en 2002 ; Las emergencias del mundo : economia, poder, alteridad. Ediciones Nobel, Oviedo, Espagne 2005, publié directement en espagnol.

Émile Brami est né en 1950 à Jendouba, ex-Souk-el-Arba, en Tunisie. Sa famille quitte le pays en 1964 pour s'installer en banlieue parisienne. Il exerce depuis dix ans, dans le quartier Montparnasse à Paris, le métier de libraire de livres anciens et dirige une maison d'édition La Pince à linge. Écrivain, il a écrit : Histoire de la poupée, éd. Écriture, 2000, Prix Bernard-Palissy 2000 ; Art Brut, Écriture, 2001 ; Attention talent de la FNAC, décembre 2001 ; Le Manteau de la Vierge, Fayard 2007, Prix Méditerranée 2007. De deux essais : Rigor Mortis avec six photographies de Xavier Lambours, Écriture 2003 ; Céline, Hergé et l'affaire Haddock, Écriture, 2004. Et d'une biographie de Louis-Ferdinand Céline : Céline : Je ne suis pas assez méchant pour me donner en exemple, Écriture, 2003. Enfin, il a assuré la direction éditoriale et rédigé le livret du coffret DVD Céline vivant, Éditions Montparnasse, 2007.

Jean-Pierre Castellani est né en 1940 en Corse. Ses parents instituteurs, arrivent à Alger en 1941. Il a fait ses études à l'université d'Alger. En 1962 il s'installe en France. Actuellement professeur émérite à l'université de Tours, il est spécialiste de la littérature autobiographique et vice-président de la SIEY (Société Internationale d'Etudes Yourcenariennes). Il a publié de nombreux ouvrages et articles sur la langue et la littérature française, la production romanesque espagnole contemporaine et sur le discours de la presse et du cinéma. Parmi ses principaux ouvrages : M. Yourcenar, une écriture de la mémoire, en co-direction, Sud, 1990 ; Guide de lecture, Flash, A. Colin, 1992 ; La langue de l'autre ou la double identité de l'écriture, en co-direction, Littérature et nation n°24, Université de Tours, 2001 ; Goodbye Rabelais, figures libres : Almodovar, Yourcenar, Umbral... Samuel Tastet, 2006.

Magyd Cherfi est né en 1962 à Toulouse au cœur du quartier populaire des Izards. Il a conçu dans l'action associative et militante les fondements de sa vie artistique. Auteur, scénariste, écrivain, chanteur, il est fondateur du groupe zebda pour lequel il a écrit tous les textes. Promoteur des cultures de banlieues, il participe à l'aventure politique et musicale des Motivé-e-s. Ses albums qu'il assure désormais en solo, comme ses ouvrages, témoignent avec humour d'une étonnante acuité sur notre société. Ses albums : Cité des étoiles, premier album perso est sorti en 2004 ; Pas en vivant avec son chien, sort chez Barclay en 2007. Ses livres : Livret de famille, Actes-Sud, 2004 ; La trempe, Actes-Sud, 2007.

Vincent Colonna est né à Alger, de parents de nationalité algérienne. Il découvre la France, après son bac, pour des études universitaires. Il suit un cursus philosophique, puis soutient un doctorat en lettres sur l'autofiction, genre alors inconnu et négligé. Depuis, il est romancier et spécialiste de narratologie, la théorie du récit. Après des séjours en Afrique noire et en Amérique du Nord,  il vit aujourd'hui à Paris, où il dirige une agence de conseil et d'études pour les médias. Ouvrages parus : Yamaha d'Alger ,  Tristram, 1999 ; Ma vie transformiste,  Tristram, 2001 ; Autofiction & autres mythomanies littéraires,  Tristram,  2004.  Il a également dirigé des ouvrages collectifs sur l'Algérie : Les Enfants de l'indépendance, Editions Autrement, 1992 et Alger, ville blanche sur fond noir, Autrement, 2003.

Roger Dadoun, professeur émérite de littérature comparée, Université de Paris VII-Jussieu. Philosophe, psychanalyste, poète. Journaliste, producteur à France Culture ; comités de rédaction : Les Temps modernes, La Quinzaine littéraire, Mortibus. Directeur de la collection « Lieux d'utopie », Manucius. Titres récents : La télé enchaînée. Pour une psychanalyse politique de l'image, Homnisphères, 2008 ; L'homme aux limites. Essais de psychologie quotidienne, Homnisphères, 2008 ; Paolo Uccello/Valentin Tereshenko, trilingue français-anglais-italien, Spirali/Vel, Milan, 2007 ; Utopies sodomitiques, Manucius, 2007 ; Sexyvilisation. Figures sexuelles du temps présent (dir.), Punctum, 2007 ; Eloge de l'intolérance, La révolte et le siècle,1905-2005, Punctum, 2006 ; Manifeste pour une vieillesse ardente, Zulma, 2005 ; L'érotisme, « Que sais-je ? », PUF, 2003 (traductions coréenne, espagnole, italienne, turque, roumaine)...

Jean-Jacques Gonzales est né à Oran en 1950. Il vit à Paris et enseigne la philosophie. Il crée, en 1998 chez Séguier, Les Colonnes d'Hercule, une collection dans laquelle il publie J.-E. Bencheikh, Benjamin Stora, Zakya Daoud, Christiane Achour, Malek Alloula, Mohamed Benrabah, Eric Savarèse, Mehenna Mahfoufi. Il dirige trois recueils (2000 ans d'Algérie I, II, III, 1998-2000). Il consacre de nombreux articles à Camus dont Camus L'exil absolu in Camus et les écritures du XXème siècle, Presses Universitaires d'Artois, 2002 ; Dissonance d'Albert Camus in Albert Camus et les écritures algériennes. Quelles traces ? Edisud, 2004 ; Une utopie méditerranéenne - Albert Camus et l'Algérie en guerre, in La guerre d'Algérie, Robert Laffont, 2004.

Aymen Hacen est né en 1981 à Hammam-Sousse en Tunisie. Ancien élève de l'École normale supérieure de Tunis, agrégé de lettres modernes, il est aujourd'hui allocataire-moniteur de l'École normale supérieure Lettres et Sciences Humaines de Lyon où il prépare un doctorat sur Cioran. Poète et essayiste, il est l'auteur de Stellaire. Découverte de l'homme gauche, Fata Morgana, 2006 ; Alphabet de l'heure bleue, Jean-Pierre Huguet ; Gai désespoir de Cioran, Miskiliani, Tunisie, essai sur le tragique en littérature. Codirecteur de la collection « Bleu Orient » chez Jean-Pierre Huguet, il traduit de l'arabe vers le français et vice versa. Ainsi, a-t-il aidé en 2007, à la traduction de Poème d'attente de Bernard Noël (éd. Tawbad, Tunisie). Il a traduit en arabe L'instant de ma mort de Maurice Blanchot et Le Voyageur sans titre d'Yves Leclair (en collaboration avec Mounir Serhani), à paraître prochainement, et prépare une version en langue arabe de Mythologie de l'homme d'Armel Guerne, ainsi que Absent de Bagdad de Jean-Claude Pirotte.

Hubert Haddad  est né à Tunis en 1947, Hubert Haddad à vécu enfant a Ménilmontant puis dans les banlieues populaires. Fonde à vingt ans la revue de poésie le Point d'être dans les marges du surréalisme et où sont publiés des inédits d'Antonin Artaud, Rodanski, Charles Duits, Michel Fardoulis-Lagrange. Poète, romancier, nouvelliste, dramaturge ou essayiste, il explore toutes les voies de la littérature, de l'art et de l'imaginaire. Anime par ailleurs des ateliers d'écriture dans les écoles, les hôpitaux et les prisons. Parmi ses dernières parutions : Le Camp du bandit mauresque, récit d'enfance (Fayard, 2006), un essai encyclopédique sur l'art d'écrire, le Nouveau Magasin d'écriture (Zulma, 2006), suivi en novembre 2007 du Nouveau Nouveau Magasin d'écriture, qui explore les mises en activité de l'imaginaire par la gravure et le dessin. Palestine, roman (Zulma, 2007). Oxyde de réduction, poèmes (Dumerchez, 2008). Écrivain, il est notamment l'auteur de Oran, récit, Paris, Séguier, 1998, Albert Camus, L'exil absolu, Paris, Manucius, 2007 et, C'était leur France (en collaboration), Paris, Gallimard, 2007.

Jean Daniel, journaliste et écrivain, est né en 1920 à Blida, Algérie. Il fait des études de lettres et de philosophie. Il fonde en 1947 la revue Caliban qu'il dirige jusqu'en 1951. Il est rédacteur en chef de L'Express entre 1954 et 1964. Il fonde en 1964 Le Nouvel Observateur dont il demeure aujourd'hui l'éditorialiste. Il a publié de nombreux ouvrages dont les derniers : La Blessure, récit, Grasset, 1992. L'Ami anglais, nouvelles, Grasset, 1994 ; Voyage au bout de la nation, Seuil, 1995 ; Dieu est-il fanatique?, essai sur une religieuse incapacité de croire, Arléa, 1996 ; Avec le temps, carnets 1970-1998, Grasset, 1998 ; Soleils d'hiver, carnets 1998-2000, Grasset, 2000 ; Œuvres autobiographiques, Grasset, 2002 ; Lettres de France, après le 11 septembre, Saint-Simon, 2002 ; La Prison juive, Odile Jacob, 2003 ; La Guerre et la Paix, Israël-Palestine (Chroniques 1956-2003), Odile Jacob, 2003 ; Cet étranger qui me ressemble (Entretiens avec Martine de Rabaudy), Grasset, 2004 ; Avec Camus. Comment résister à l'air du temps, Gallimard, 2006 ; Israël, les Arabes, la Palestine - Chroniques 1956-2008 (préfaces Elie Barnavi et Elias Sanbar), Galaade éditions.

Mohamed KACIMI est né en 1955 à El Hamel (Algérie), il vit à Paris depuis 1980. Essayiste, romancier, auteur de théâtre, auteur jeunesse... il collabore régulièrement à France Culture ou au Monde. Il a publié, entre autres, 1962, Actes Sud, 1998 ; La confession d'Abraham, Gallimard, 2001 ; Terre Sainte à l'avant-scène ; Le jour où Nina Simone a cessé de chanter, d'après le témoignage de Darina Al Joundi ; L'Orient après l'amour, trois ouvrages chez Actes Sud en 2008. Les textes mis en scène : Qu'elle aille au diable, Meryl Streep ! (Nidal Al Achkar, Paris, 2008) ;  Nuits à Bagdad,  (Paul Golub, Antony, 2008) ; 1962 (Yves Gourmelon, Montpellier, 2007) ; Le Jour où Nina Simone a cessé de chanter, (Alain Timar, Avignon, 2007) ; La Confession d'Abraham,( Michel Cochet, Paris, 2003).

Ahmed Kalouaz est Né en 1952 à Arzew, Algérie. Il vit dans le Gard. Il est romancier et nouvelliste mais écrit aussi des récits, des livres de jeunesse et du théâtre. Il anime des ateliers d'écriture de Sisteron à Lille. Quelques uns de ses titres, romans : Avec tes mains, éd. du Rouergue, à paraître en 2009 ; Reste dans mon épaule, Le Bruit des Autres, 2003 ; Absentes, éd. du Rouergue, 1999. Nouvelles : Le retour à Volonne, 2007 ; Fugue bretonne,  2007 ; La part de l'ange, Le Bruit des autres, 2008 ; Ce que la vie fera de nous, La Passe du Vent, 2006. Jeunesse : Si j'avais des ailes, Actes Sud Junior, 2008 ; Sortie de route, à paraître, 2008 ; Les lampadaires du parc, La Mirandole, 2002. Théâtre : Tu connais New York, Lansman, 2003 ; Le vol du papillon, Le Bruit des Autres, 2000. Récits chez Le Bruit des Autres : Geronimo, dans ma poitrine un nuage s'endort, 2005 ; J'ai ouvert le journal, 2002.

Lazhari Labter  est né en 1952 à Laghouat (Algérie). Il est journaliste, poète, écrivain et éditeur. Il a travaillé et collaboré à de nombreux quotidiens. Après avoir dirigé, de 1996 à 2000, le Centre maghrébin d'Alger de la Fédération internationale des journalistes (Fij), il rejoint l'Agence nationale d'édition et de publicité (Anep) où il lance les Editions Anep dont les publications deviennent une référence tant en Algérie qu'à l'étranger. Il vit et travaille actuellement à Alger où il dirige les éditions Alpha et développe sa propre maison d'édition, éditions Lazhari Labter, lancée en 2005. Il est l'auteur de plusieurs recueils de poésie dont, chez  El Ikhtilef : Le pied d'ébène de Bilkis sur le pavé de cristal, 2005 ; un récit, Retour à Laghouat, mille ans après Beni Hilel, 2002 ; et aux éditions Chiheb un témoignage Journalistes algériens 1988-1998, chronique des années d'espoir et de terreur, 2005.

Benamar Mediene est né à M'sirda Fouaga (Algérie). Immigre en famille en 1948. Ecoles primaire et secondaire à  Tonnay-Charente. En 1956 il rejoint la Fédération de France du FLN. Il en fut responsable permanent à Nanterre, puis dans l'Ouest de la France où il est arrêté. Libéré après le cessez-le-feu, il rentre en Algérie, reprend ses études, soutient deux thèses à Lille III et à Paris X. Enseigne la Sociologie culturelle à l'université d'Oran et l'Histoire de l'art à l'université d'Aix-en-Provence. Il vécut longtemps aux côtés de Kateb Yacine dont il a partagé les mêmes espérances. Ses derniers titres : Les Jumeaux de Nedjma, Publisud, Paris 1998 ; Les Porteurs d'orage Ed. Aden, Paris 2003 ; Kateb Yacine, Le cœur entre les dents, R. Laffont, Paris 2006 ; Issiakhem, la foudre et la pluie, livre d'art, Ed. Casbah, Alger 2007 ; Mains éternelles avec Patrick Massaïa pour les photos,  livre  d'art, Lucie Editions, Aubagne, 2008.

Arezki Metref  est né en 1952 à Sour El Ghozlane (Algérie). Élève de l'Institut d'Etudes politiques d'Alger, il devient journaliste en 1972 et collabore à de nombreux titres de la presse algérienne. En janvier 1993, il crée avec Tahar Djaout et Abdelkrim Djaad l'hebdomadaire Ruptures, dont il est rédacteur en chef. Après l'assassinat de Djaout en 1993 il part en France et ne retourne en Algérie qu'en 2001. Depuis il a collaboré au quotidien londonien The Guardian et aux revues Autrement, Machrek-Maghreb, Panoramique. Il collabore encore à Politis. Poète, romancier, essayiste, dramaturge, il a publié de nombreux ouvrages dont : Abat-jour, poésie, Prix Claude Sernet, Domens, 1997 ; Sindbad, émeutier, poésie, Domens, 2004 ; Quartiers consignés, roman, éd. Marsa, 1996 ; Douar, une saison en exil, roman, Domens, 2006 ; L'Amphore, théâtre, Domens, 2002 ; L'Agonie du sablier, théâtre, Domens, 2003.

Nourredine Saadi est né à Constantine. Il a enseigné à l'université d'Alger jusqu'en 1994, date à laquelle il s'installe à Douai où il enseigne le droit à l'Université d'Artois. Ecrivain, il a notamment publié : Dieu-Le-Fit, roman, Albin Michel, 2000 ; La Maison de lumière, roman, Albin Michel, 2000 ; La Nuit des Origines, roman, Prix Beur FM 2006, L'Aube et Barzakh, 2005 ; Journal intime et politique, en collaboration, L'Aube et Littera, 2003 ; Il n'y a pas d'os dans la langue, histoires, L'Aube et Barzakh, .... ; Rachid Koraichi, monographie du peintre, Actes Sud, 1999 ; Denis Martinez, entretiens, Le Bec en l'air et Barzakh, 2003 ; préface du livre Mon père, Chèvre Feuille étoilée, 2007 ; Vertiges avec Catherine Poncin, beau livre, Filigranes, 2006. Il a publié de nombreux textes universitaires dont : Femme et loi en Algérie, Le Fennec, 1991 ;  Sexe, normes et reproduction, en collaboration avec Marouf, L'Harmattan, 1998.

Alain Vircondelet est né à Alger. Il quitte l'Algérie à l'âge de 15 ans. Il consacrera à sa terre natale la plupart de ses récits et romans, qui traitent tous de l'exil, du bonheur perdu et de l'amour pour la mère : Maman la Blanche, Tant que le jour te portera, Alger l'Amour, La vie la vie, Là-bas, souvenirs d'une Algérie perdue, Alger Alger, La Maison devant le Monde...         

Sa rencontre avec Marguerite Duras est déterminante dans sa carrière d'écrivain. Ami de la romancière dès 1969, il lui consacrera pas moins de sept ouvrages, grâce auxquels il est considéré aujourd'hui comme un des meilleurs spécialistes de son oeuvre. A la fois autobiographe et biographe, il a publié près de 40 ouvrages. Parmi les plus connus et les plus traduits dans le monde, on retiendra surtout ceux consacrés à Blaise Pascal, Saint-Exupéry, Marguerite Duras, Albert Camus, Joris-Karl Huysmans, Arthur Rimbaud, Charles de Foucauld, Balthus, Françoise Sagan. Il contribue à d'importants travaux encyclopédiques (Universalis, Dictionnaire des religions, etc. et a entrepris des recherches sur les grands mystiques espagnols (Jean de la Croix et Thérèse d'Avila), et français (Charles de Foucauld et Bernadette Soubirous)...

Jean-Claude Xuereb est né en 1930 à Alger où il passe enfance et jeunesse et poursuit ses études. Il assiste, en mars 1948, aux rencontres de Sidi Madani où il approche Camus, Dib, Roblès, Sénac... En 1952 il rencontre Jamel Eddine Bencheikh qui devient son ami. Fin 1961 il s'installe en France et entre dans la magistrature. A partir de 1962 s'instaure une durable amitié avec René Char. Il publie chez Rougerie une douzaine de recueils de poèmes, de Marches du temps, en 1970 à Passage du témoin, 2004 et Entre cendre et lumière, 2008. Il a composé en 1995 un numéro hors série de la revue Sud : Algérie, l'exil intérieur - textes de trente trois écrivains nés en Algérie. Il a également publié : En Commune Présence : Albert Camus & René Char - 6 Et 7 Octobre 2000, Château De Lourmarin, Folle Avoine, 2003 ; Ecriture Autobiographique Et Carnets : Albert Camus-Jean Grenier-Louis Guilloux - 5 Et 6 Octobre 2001, Château De Lourmarin, Folle Avoine, 2003.

Mourad Yelles est né à Sidi-Bel-Abbès (Algérie) en 1951. Il se spécialise dans la recherche sur la tradition orale maghrébine et soutient à Paris III en 1978, une thèse sur un genre poétique féminin traditionnel : le Hawfi tlemcénien. De retour à Alger il est maître assistant en littérature française jusqu'en 1994. Il quitte l'Algérie en 1980. Il est actuellement Maître de conférences à l'INALGO. Il s'intéresse également aux littératures francophones des Antilles et du Canada et publie divers ouvrages en littérature comparée et en anthropologie culturelle, dont : Les Fantômes de l'identité. Histoire culturelle et mémoires algériennes, éd. ANEP, 2004 ; Cultures et métissages en Algérie. La racine et la trace, L'Harmattan, 2005 ; Habib Tengour. L'arc et la lyre, Casbah éditions, 2006) ; Il poursuit un projet d'écriture qui a donné lieu à quelques publications dans des revues ou dans des recueils collectifs.

Bernard Zimmermann est né à Oran, en 1940. Etudes à l'Ecole Normale puis instituteur dans la région oranaise jusqu'en 1966. Installé en France, il reprend des études à l'Institut de géographie de Paris puis est professeur au lycée expérimental de Montgeron. Préside une association culturelle en Essonne à partir de 2001. Publications : Quel orage, ô mon cousin Noé, images et récits d'Algérie, préface de Marc Ferro, éd. Fanlac, 1986 ; Cuisine et culture des Pieds-Noirs d'Algérie, (en espagnol, épuisé), éd. Orion (Catalogne), 1989 ; Heures perdues du matin, Journal de clandestinité du peintre anti-nazi Erwin Bowien, L'Harmattan, 2000 ; Retours de mémoire sur l'Algérie, en collaboration avec Michel Laxenaire, éd. Bouchène, 2003 ; Paroles immigrées, en collaboration avec Nora Aceval, L'Harmattan, 2008.

COMMERCIAL ET PRESSE

 

DIFFUSION

 

 

COMMANDES

A propos

Chèvre-Feuille étoilée est une édition française à vocation méditerranéenne à sa naissance, elle s'inscrit désormais dans le monde. Elle essaie de diffuser ses ouvrages ailleurs qu'en France. Elle est depuis le début diffusée en Algérie. Notre projet est de la porter dans d'autres pays, et d'autres continents où elle a déjà mis le pied...


+ d'infos

chevre-feuille.fr