Articles Tagged ‘TELECHARGEABLE - Editions Chèvre Feuille Etoilée’

Burqa ?

COM_CONTENT_REGISTER_TO_READ_MORE

Comment et pourquoi la burqa s’invite-t-elle dans le débat politique et social français ?

Pourquoi des personnes vivant dans un pays laïc, où les femmes revendiquent la parité des droits et des devoirs entre les sexes, éprouvent-elles le besoin de soustraire leur corps et leur visage aux yeux de leurs concitoyens ?

 

Pourquoi des femmes nées dans un pays laïc, ouvert, choisissent-elles de s’extraire des usages du vivre ensemble ?

Entière

COM_CONTENT_REGISTER_TO_READ_MOREou La réparation de l'excision

13 mars 2008 

Essai - Préface du Docteur Pierre Foldès  

Des femmes ont excisé des fillettes. Le chirurgien, Pierre Foldesrépare la mutilation. L'anesthésiste, Michèle Wilisch, et la sexologue, Frédérique Hédon, à l'écoute de ces fillettes devenues adultes, les accompagnent sur le chemin de leur reconstruction.

Marie-Noël Arras a recueilli leurs témoignages ainsi que celui de Mahoua Kone, temps fort, pour prouver, si besoin est, combien il est important d'informer sur la possibilité de réparer une mutilation qui touche aujourd'hui en France environ 60 000 fillettes selon le ministère de la santé !

Article sur la plume francophone

Paperblog

Feuilletez les premières pages

Filiations dangereuses

COM_CONTENT_REGISTER_TO_READ_MORE

Prix Alain-Fournier 2008

Filiation, paternité, identités, amour hors frontières, une énigme à plusieurs entrées.  Ce livre nous concerne tous par son exigence de vérité, par sa portée  symbolique et par l'actualité de ses thèmes.

Deux images se superposent dans ce livre. Deux figures d'hommes aux destins semblables et différents, unis par les liens du sang, par la quête des traces de l'origine, la quête obstinée, obsédante, du père.

Voir revue de presse et sitartmag

L'enfant plume, préfacé

COM_CONTENT_REGISTER_TO_READ_MORE

Ce texte se lit comme un poème, comme une chanson. C’est la mère qui parle certes mais il s’agit bien d’un duo car Elle, toujours présente, fait un bruit formidable !

Ce texte montre des parents aux abois, qui « craquent » et n’en finissent pas de chercher désespérément une solution ou du moins une piste pour échapper au malheur : retourner en Afrique par exemple, où Elle a eu une enfance heureuse, du moins en apparence…
Le plus remarquable réside sans doute dans la sincérité, l’authenticité et la mise à nu de cette mère souffrante. Elle peut dire sa violence et son désespoir avec une remarquable pudeur, sans la moindre exhibition. [...]

Ce poème est aussi une clinique de l’anorexie qui semble avoir glissé d’une génération à l’autre. Tout y passe au fil des pages : l’obsession de la nourriture, les ingrédients, les calories, les grammes, les rituels alimentaires, la maîtrise tandis que la mère s’essaie et s’épuise à tenter de trouver une porte de sortie : laisser exploser sa colère, s’opposer, simuler l’indifférence, lâcher prise, renoncer, abandonner. [...]...

L’ombre d’un homme qui marche au soleil

COM_CONTENT_REGISTER_TO_READ_MORE REFLEXIONS SUR ALBERT CAMUS
Maïssa Bey

« En écoutant Maïssa je retrouvais mon père. Pas un écrivain célèbre, non, non, mon père un être humain avec sa solitude, son courage, ses déchirements. Et c’était une femme, algérienne, qui dans sa solitude et ses déchirements avait eu le courage d’une si lumineuse intelligence... Catherine Camus

Cofondatrice de nos éditions, elle publie trois textes dans ce recueil dont deux communications à des colloques : 
« Albert Camus et le mensonge » au Centre
Beaubourg en 2002 et « Albert Camus et Oran » en 2004 à l’Institut français d’Oran. Entre les deux, une réflexion sur la relation de Camus à sa mère : « Femmes au bord de la vie ».

Feuilletez les premières pages

La salle de bain d'Hortense

COM_CONTENT_REGISTER_TO_READ_MORE

Hortense ouvre la porte.
— Mais, mais, qu’est-ce que c’est ? C’est ça ta salle de bain ?
— Oui, c’est ça, et tout fonctionne. Mais ne prends pas de bain, seulement
une douche pour aujourd’hui. Tu veux que je t’aide ?
Patricia ne répond pas. Elle est fascinée par la pierre verte veinée de noir
qui luit sous les nombreuses petites ampoules hollywoodiennes qui entourent
le grand miroir art déco.


La rencontre improbable entre Patricia, une jeune fille en rupture poursuivie par « Trois types en cuir noir et crânes rasés », et Hortense, une très vieille dame qui a plus d’un tour dans son sac, va déclencher une série d'événements dangereux, drôles ou touchants.

Feuilletez les premières pages

La salle de bain d'Hortense - Poche

COM_CONTENT_REGISTER_TO_READ_MOREen librairie le 8 janvier 2015

Le hasard et le danger précipitent Patricia la fugueuse, en rupture de tout, chez Hortense, une très vieille dame, qui a mené sa vie avec audace, humour et passion. Elles vont s’apprivoiser et s’aimer.


La vieille dame, entourée d’amis plus originaux les uns que les autres, et la jeune louve solitaire, se lancent ensemble dans une aventure à rebondissements au cours de laquelle Hortense lègue à Patricia son amour du Burkina et son inaltérable confiance en la vie.


Quant à la salle de bain, vous découvrirez, en lisant ce livre, quel rôle elle joue.

Feuilletez les premières pages ici
 

Le rire d'Irène

COM_CONTENT_REGISTER_TO_READ_MORE

Clara est partie vers un ailleurs que l'on dit meilleur. 

« Non ! Lili, répliquerait-elle, pas avec moi, à moins que tu ne considères comme un ailleurs un trou rempli d'asticots. Quant au meilleur, je te laisse seule juge, ma belle...»
Les héroïnes de ce roman, qui nous arrive de la Réunion, sont deux amies. Clara, qui aime comme elle déteste, jusqu'au bout du monde. Clara l'amoureuse des mots, qui un jour se sentant trahie par eux décidera de ne plus écrire à personne et Lili, la narratrice, gaie, insouciante, qui déteste et aime comme tout le monde. Rarement jusqu'au bout. Entre elles, il y a la vie, les enfants, les voyages, les hommes, surtout ceux de Clara : Diego le cousin espagnol qui se cherche et Simon, l'Attenteur, joueur singulier qui attend Clara.

Feuilletez les premières pages

Les jours blancs

COM_CONTENT_REGISTER_TO_READ_MORE

Ta mort pourtant pousse à la vie. Une vie au présent. Ebouriffée, ouverte aux courants d’air. Insaisissable, constante et grave. Une vie amante. Une vie troublante. Si jeune au monde et sage. Une vie qui se suffit d’aimer. Une bouche à mordre quand on le dit. Vie. C’est ton absence qui me l’a appris. Au tableau noir, première du rang, je l’ai bien vu, c’était écrit lorsque tu es parti.

 « Les jours blancs, ce sont les jours sans. Sans la présence d’un être à jamais disparu. Comme tant d’autres, j’ai vécu douloureusement l’envol de mes filles. Dans le cas d’Hélène Pradas-Billaud, c’est son frère qui lui manque cruellement. Il y a tout juste dix ans, ce très jeune grand reporter [ Pierre billaud] que j’avais apprécié à RTL était tué par les talibans avec deux de ses confrères en Afghanistan. Comme elle ne pouvait plus lui parler, Hélène a écrit à Pierre. Sous forme romancée et très poétique. C’est l’enfance qui remonte des sous sols de la mémoire, leur enfance, leurs rêves, leur désir commun d’absolu. Il y a beaucoup de sensualité dans ce texte. Beaucoup d’espoir aussi en une vie meilleure, immaculée. Où va le blanc quand fond la neige ? » 

Patrick POIVRE D’ARVOR

Feuilletez les premières pages

Libres paroles II

COM_CONTENT_REGISTER_TO_READ_MORE

 Edition en poche de ses conférences 


S'il suffisait de définir ou de redéfinir des valeurs pour vivre ensemble et conduire sa vie,  il y a longtemps que cela se saurait car ce ne sont pas les systèmes de valeur qui manquent : religions, philosophies, idélologies en proposent à foison. Le problème se situe ailleurs, c'est sur l'homme, sur chacun de nous que s'appuient les valeurs, c'est de nous qu'il dépend qu'elles ne soient pas impostures.

C'est parce que Claude Ber articule la littérature, la poésie - qui sont présence au monde - et la réflexion sociale, que ce livre est d'une importance particulière...

Liens de sang

COM_CONTENT_REGISTER_TO_READ_MORE

En collection poche 

Il a pris pour femme une veuve algérienne de treize ans. Ma mère n'a jamais semblé s'interroger à ce sujet. Une femme de treize ans ! Elle m'a toujours dit que cet homme n'avait jamais renié ses choix. L'amour, la religion musulmane, l'Algérie. Contre tous. Ils ont eu une fille. Malheureuse, semble-t-il. Enfin, c'est ce que dit ma mère. Française, Algérienne, Africaine, ma mère est ce mélange. Voilà d'où lui viennent ses yeux violets et ses cheveux drus.

Trois époques, de la colonisation aux années 90. Trois femmes, Djeyhmouna, Monique et Claudia.

La petite paysanne soustraite à un sort terrible par Ismaël - personnage librement inspiré de la vie de Thomas Ismaël Urbain , la militante pour l'indépendance, et celle qui part sur les traces de sa famille algérienne. 

Rien sur ma mère

COM_CONTENT_REGISTER_TO_READ_MORE Dans ce roman, Christine Détrez nous démontre qu'en écriture tout comme en danse la facilité et la demi-mesure n'existent pas.

De sa plume à la fois incisive et tendre et par le biais d'une composition narrative éblouissante, elle dresse le portrait d'une femme lucide qui, entre non-dits et dissonances, traque inlassablement la vérité.

Une femme en qui chacune se reconnaîtra.

actualitte.com 

Le progrès de Lyon 1et 2

Bibliobs

Biblioblog

Séléctionné pour le Prix Méditerranée des Lycéens - Région Languedoc-Roussillon


 

Tres de Mayo

COM_CONTENT_REGISTER_TO_READ_MORE ROMAN
Michèle Juan I Cortada

Splendide fresque des multiples facettes de la guerre d’Espagne. Murcia, l’héroïne de ce roman très catalan, est une personnalité hors du commun qui a beaucoup sacrifié à la lutte contre le franquisme...