Les éditions dédient ce site à toutes les femmes qui n’ont cessé de nourrir la revue Etoiles d’Encre de leurs textes, leur poésie, leur art, la chaleur de leur solidarité et de leur indulgence

 

Revue Nº25-26 Destination désirs

Publié dans REVUE TRIMESTRIELLE

revue-25-26Revue N° 25-26 mars 2006

 Carte blanche à Maïssa Bey 

« Il y eut Majnun avec Leïla et puis Tristan et Roméo et leur Iseult et leur Juliette il y a lui avec des ailes il y a elle à l’oeil qui luit des elles à lui des elles à elles des lui à lui Il y a la ronce jaillie de la tombe le Taj Mahal sorti de terre Ixtlan enfoui dans les volcans avec son Eve qui troque Adam… »

feuilletez-là en wobook

revue-25-26 Revue N° 25-26 mars 2006

« Il y eut Majnun avec Leïla et puis Tristan et Roméo et leur Iseult et leur Juliette il y a lui avec des ailes il y a elle à l’oeil qui luit des elles à lui des elles à elles des lui à lui Il y a la ronce jaillie de la tombe le Taj Mahal sorti de terre Ixtlan enfoui dans les volcans avec son Eve qui troque Adam... »

 

 



Détails

Prix : 10 € TTC

2006 - 256 pages
ISBN : 2-914467-33-8
{product_snapshot:id=33,showname=n,showimage=n,showprice=n}

Edito

 Voila six ans déjà que nous avonscréé Etoiles d'Encre. Une revue ouverte à toutes les paroles de femmes de tousles pays méditerranéens. Chaque numéro, quel qu'en ait été le thème, avait pourambition de nouer ou de renouer des liens, de donner lieu à des échanges, à desdialogues, au partage d'une langue, de langues, ces lieux de connivence et derencontre. Aujourd'hui, même si Etoiles d'Encre marque un tournant, elle restecet espace d'expression original, libre, créatif, destiné tant à des inconnuesen écriture qu'à des auteures confirmées. Elle reste inspirée par nos élanslittéraires et nos ressentis à fleur de cœur, de même qu'elle demeure d'abordet surtout une revue aimantée par la volonté de réunir vents des Suds et ventsdes Nords qui se faufilent entre les roseaux de nos plumes. Tisser les toilesde l'art d'écrire, de peindre, de photographier ou de dessiner, de mêlerécritures et oralités, de donner sa place à l'insolite, aux chemins detraverses, à l'humour ou à la facétie même, oui, bien sûr, c'est l'objectifpermanent d'Etoiles d'Encre, c'est ce voyage avec les lecteurs dans lesimaginaires secrets des femmes, au fil de leurs textes, de leurs récits et deleurs témoignages. C'est veiller sans cesse à la présence vibrante de ces voixqui unissent au-delà des frontières, des voix qui rendent intelligibles lesmystères des cultures de l'ailleurs.

Le tournant que marque ce numéroporte d'une part sur la forme, qui subit quelques changements. Nous avons enviede plus de simplicité, de clarté, notamment dans la typographie, dansl'intitulé des rubriques qui porteront des titres rendant immédiatementcompréhensibles leurs contenus. Leur « hiérarchie » s'est déplacée ainsi que lesommaire qui se retrouve au début de la revue et non à la fin. Nous ouvronségalement trois nouvelles rubriques afin d'accueillir courrier, dans De vous ànous, débats, dans Forum, mais aussi d'inscrire de la mémoire sur le lienFrance-Algérie dans Journal de mes Algéries en France de Leïla Sebbar prend lasuite de son livre paru aux éditions Bleu autour, dont nous parlions avec elledans le précédent numéro. Nous éviterons les textes trop longs et nousveillerons à un renouvellement aussi fréquent que possible des écritures. Autrechangement : Dominique Le Boucher qui était responsable de la rédaction nous aquittées pour des raisons personnelles. Nous n'oublierons pas l'énergie qu'ellea déployée et la créativité dont elle est coutumière et qu'elle a insufflée àla composition d'Etoiles d'Encre depuis le premier numéro et jusqu'au numéroprécédent celui-ci. Les trois autres co-fondatrices dirigeront désormais larevue tout en continuant d'assumer leurs missions antérieures au sein de lamaison d'édition. Certaines amies de la revue n'ont peut-être pas remarqué lechangement d'adresse pour l'envoi des textes. Nous serions heureuses d'avoir deleurs nouvelles. Nous espérons que le dialogue continuera de prendre place,d'avoir lieu, dans cette maison des étoiles qui tient sa singularité de cequ'elle offre de l'hospitalité, de la re-possession à toutes ces écritures enexode ou en exil, ces écritures d'étrangères ou d'indigènes, ces écritures dunomadisme et du déplacement, de l'interdit, de la révolte, de la recherche desens... Ou, tout simplement, les écritures de la jubilation qui se forge au feude la poésie et du désir.

Il est étrange, et peut-être pastant que ça, que, dans une première envolée, tant de femmes, pour ce numéroconsacré au désir, nous aient envoyé tant de poèmes. Tant de désirs delégèreté, de fluidité, de mots qui bougent, qui volètent longtemps, papillonseffarouchés d'avoir à ouvrir les ailes, avant de se poser, avec rage parfois(ah ! ce crissement de la plume quand on appuie là où ça fait mal, jusqu'àdéchirer la peau-papier), et qui d'autres fois se laissent aller, naviguent augré d'un sourire entrevu à travers les nuages, d'une fleur précieusement gardéeentre les pages d'un livre et qui, exhumée un jour, nous fait retrouver jusqu'àl'odeur d'un instant que l'on a voulu ravir à l'oubli. Des mots qui se reconnaissentparce qu'ils se sont abreuvés à la même source, et qui s'accrochent les uns auxautres, parce qu'ainsi, n'est-ce pas, on ne peut pas sombrer, des mots quisoudain pénètrent en nous avec la force d'une évidence pour dire ce qui nousmeut et nous émeut. Poèmes qui disent « je » mais ne disent pas tout, quidonnent à voir, à écouter, sons qui se répondent et ensemble composent unpresque chant, ni litanie ni complainte, mais des mélodies entretissées,brodées de motifs insolents, indisciplinés et semblent sur la page prendre leurenvol pour arriver jusqu'à l'essence même du désir. Et ces mots-là laissentdans leur sillage des traînées plus scintillantes que poussière d'étoiles. Cardire le désir de cette façon-là, c'est effleurer le ciel du bout des doigts,comme une caresse, reçue ou donnée, jusqu'à ce que naisse le frisson. C'estécouter tout ce qui bruisse en soi, aller vers soi, avancer, lentement, adagio,d'abord en hésitant, puis d'un pas raffermi qui peu à peu devient serein,cherchant sous les silences les échappées, et pour les saisir, chercher lesmots lumineux et féconds, que troubleraient à peine des soupirs, quelquesremous qui auraient pour épicentre les regrets, les rejets, les renoncements etbien d'autres douleurs anciennes, trop souvent tues qui soudain se résolvent encris, cris de souffrance mais aussi de jouissance, car la vie est là, quis'acharne à se frayer un chemin parmi les ronces, qu'importent les couleurs dessaisons mortes, rien, non rien ne pourra jamais éteindre le feu qui brasille auplus profond de chacune d'entre nous, pas même la plus profonde des détresses,nous le savons déraisonnablement, éperdument, follement, et tout est là, toutest dit.

Behja Traversac

Maïssa Bey

 

Extrait

 simplechanson simple

Claude Ber

 Désir destin destin désir endés jetés à destinée

des mots de corps qui jouent àjouer     le corps  à jouir                jeu du désir                 désir des jeux                désir  des yeux dans le désir                  feu du désir au fond des yeux

des mots qui taisent disent debiais qui biaisent de dire et désirer               desmots qui parlent les corps baisés       baisersdonnés à destinée

o vous ma vie à toi mon cœur madulcinée ma douce douce mon tigre feu, ma ratouline mon bouquetin mon biquetonma moutonnette mon beau taureau ma coccinelle ma coccibelle mon cabri-joieanaconda au creux du lit nanaconda d'amazonie mon toutamour mamouràmoi rose desprès ma coulemelle o mon lion ma tourterelle mon bichounet ma titounette mongrand dadais mon coquelet mon poussinet mon babouinet mon grosminet mabibichette mon grand frisson câlin d'amour cœur de mon cœur mon adoré tout dema vie mon double d'âme mon espérée ma tant aimée mon tendre aimé ma désirademon désiré

lèvres et sexes aux lèvresaimées il y avait                        

des corps chantés et enchantéscorps caressés à mains d'amour pertuis ouverts verges dressées

il y avait            la certitude des bras chargés                   des bras légers              

des nuits d'amour au creux desreins                   au fond du ventrejusqu'au matin

la jouissance à plusieurs mains

o ma gazelle, mon doux conincorne d'amour mon abondance belle sauvage mon bison fou entre l'étreinte et lesbisous les bisounets les sucionnés les aspirés les tortillées les pourléchésles alléchés les bien léchés les ventousés les effleurés les dévorants lesdévorés

il eut Majnun avec Leila etpuis Tristan et Roméo et leur Yseult et leur Juliette       

il y a lui avec des ailes                 il y a elle à l'œil qui luit              

des elles à lui     des elles à elles des lui à elles des lui àlui

il y a la ronce jaillie detombe                 le Taj Mahal  sorti de terre        Ixtlan enfoui dans les volcans avec son Eve qui troque Adam

o ma gazelle ma libellule monpapillon ma pleine lune ma fleur d'amour ma vie la belle

mon gland fleuri mon oursgrizzli ma destinée ma si précieuse mon doux rubis ma farandole perle des îlesmon diamant bleu ma rivière d'anges ma sans égale ma coraline mon grand butinmon chaton chaud ma belle amie mon météore mon or du ciel mon sang d'amour montout mon toi mon toit de toi

o beaux amants belles amantestous les aimés les bien aimés         tantque vous êtes                     

tant vous serez              Il y aura                        il y avait

une sirène et un matelot noyépar elle dans les grands flots

un Adonis de tatami et sagénisse tout ébaubie

une quelconque et son quelqu'un                        nous tous          vous moi          et d'autres encore

qui bien s'aimaient         cœur assortis     corps accordés

un malandrin sa mandarine                    au cils dansants de ballerine

une matrone et son matron                    bouillant des flammes de lapassion

des chauds lapins et desmutines des polissons des polissonnes des beaux garçons et des garçonnes desmasculins à féminins  des masculines àféminin des féminins à féminines des masculins à masculin des je ne sais quoi àje ne sais qui

mais corps corps et à la vie

bêtes à deux dos de toutessortes                      

et peu me chaut et peum'importe

vivons vivants la mort vientvite

et le désir n'est quepassant

Illustratrice

 Patience  Le Baiser  Les soeurs  Isabelle Marsala
patience.jpg le-baiser.jpg  soeurs.jpg  isabelle marsala.jpg

 

Sommaire

 De vous à nous

Edito Behja Traversac, MaïssaBey

Je te... StellaSignorel 3

Carte blanche à... MaïssaBey : 5

Plus loin, plus loin que l'horizon

Une artiste à Etoiles d'encre :Isabelle Marsala

Une équilibriste sur un fil entretien avec B. Traversac

Femmes aux couleurs fluides Marie-Catherine Mas

Forum

Désirs à conjuguer GisèleSeimandi

Promesses du désir MichèleBayar

Voir par tes yeux PascaleBulteau

Mais on ne tue pas le désir Téma Bey

Vertiges AïchaKerfah

De vive voix :

Beyrouth, Damas, des noms magiques, Behja Traversac

Je jette les voiles NacéraHalou

Variations sur le désir :

Simple chanson simple ClaudeBer

Elles Valérie Meynadier

Epidermique attitude SamiraNegrouche

Et toutes les tourterelles... Zineb Labidi

Autant parler à un Suisse NicoleNeaud

La femme qui dansait les pieds nus Frédérique Brechet

Le chant de Manon SigridL Crohem

Tête à l'envers MartheKalifa

L'amante Anne Lanta

Dépossession SusanVisvanathan

Lunes rouges AndréeJob-Querzola

Vol d'oiseau CécileOumhani

Du côté de l'enfance :

« Bleu blanc jaune » Marie-NoëlArras

L'eau du bain CaroleMenahem-Lilin

Roumaïssa DalilaHazzi Hacène

La clef du bonheur ChemseddohaBoraki

Journal de mes Algéries en France : Leïla Sebbar

La clé sous la porte :

La mer lactée Marie-LydieJoffre

Entre nous :

Lettre à Khalida PascaleBulteau

L'adieu à Safia BehjaTraversac

Je me précipite vers l'amour Carole Menahem-Lilin

A livres ouverts :

Amours rebelles de Behja Traversac

Ces infinis visages de la rencontre Sigrid L. Crohem

Rébellion du désir parl'auteure

Cette fille-là de Maïssa Bey

La fugue ChristianeChaulet Achour

Partages :

Association Paroles et Ecriture

Poèmes

Les poèmes des entrées de rubrique sont tous de Bernadette

Ginestet Lévine (excepté la clé sous la porte)

Illustrations

Les peintures sont de Isabelle Marsal

excepté celle de Marie-Lydie Joffre

Les photos du dossier CarteBlanche sont de Maïssa Bey

COMMERCIAL ET PRESSE

 

DIFFUSION

 

 

COMMANDES

A propos

Chèvre-Feuille étoilée est une édition française à vocation méditerranéenne à sa naissance, elle s'inscrit désormais dans le monde. Elle essaie de diffuser ses ouvrages ailleurs qu'en France. Elle est depuis le début diffusée en Algérie. Notre projet est de la porter dans d'autres pays, et d'autres continents où elle a déjà mis le pied...


+ d'infos

chevre-feuille.fr