La Cavalière

le . Publié dans Collection D'une fiction, l'autre

en librairie le 9 mai

La Cavalière c’est l’histoire d’une résistance : pendant la première guerre mondiale, Amédée Parazol, arrière-petite-fille et héritière d’un grand éleveur camarguais de chevaux de courses, l'aide à empêcher la réquisition de ses chevaux et les entraîne de nuit.

C’est aussi l’histoire d’un amour passionné, difficile et mouvementé. Celui d’Amédée pour une cantatrice célèbre.

Enfin c’est le troisième volet de La Surprise de vivre, chronique en 4 tomes d'une famille protestante du Languedoc écrite de 1969 à 1976 par la montpelliéraine Jeanne Galzy et publiée par Gallimard.

En ce mois de mai 2017, Montpellier célèbre les 40 ans du décès de cette écrivaine féministe en avance sur son temps, née au n° 27 Grand’Rue à Montpellier.

 

Feuilletez les premières pages

ou écoutez-les

ou encore lisez cet article de Marie-France



Détails

Genre : Roman
Format : 14,5 x 21
Nombre de pages : 362

978-2-36795-12-01
18,00 €


Voir le produit dans la boutique

 

 

auteure

Jeanne Galzy (1883-1977) née Louise Jeanne Baraduc était la fille d'une poétesse cévenole. Elle grandit dans un milieu protestant et fit des études supérieures, fait rarissime pour une jeune fille à l'époque. Elève de l’Ecole normale supérieure de Sèvres, elle obtint l’agrégation de Lettres et devint professeur du second degré. Elle gardera toute sa vie, et à travers son œuvre un attachement charnel à sa région et reviendra vivre à Montpellier après sa retraite. Lors d’une convalescence à Berck elle écrivit Les Allongés, qui reçut le Prix Femina en 1923. Avec L'Initiatrice aux mains vides, elle livra un roman d'amour lesbien. Son regard averti sur les femmes et la difficile conquête de leur épanouissement se retrouve tout au long de son œuvre. Jeanne Galzy devint membre du jury du Prix Femina en 1964, et le resta jusqu'en 1977. En 1969, après 18 romans et 5 biographies elle commença une tétralogie, située dans le milieu protestant de la région au début du xxe siècle, La Surprise de vivre qu’elle termina par Le Rossignol aveugle publié un an avant son décès. Elle a aussi écrit de la poésie et du théâtre. Jeanne Galzy a donné son nom à un bâtiment de l'université Montpellier III et à un Club de loisirs pour le troisième âge de la même ville. Elle est inhumée au cimetière protestant de Montpellier.

quatrième de couverture