Collection D'un art, l'autre

Cette collection rassemble les livres de poésie, peinture, photos, théâtre…
Dirigée par Marie-Noël Arras

ABYSSES

Écrit par Fariba Hachtroudi et encres de Anne Cotrel. Publié dans Collection D'un art, l'autre

ABYSSES

en librairie depuis le 24 octobre

Fariba Hachtroudi [...] aime comme elle se bat : avec fougue et obstinément. Iranienne jusqu'au bout de la démesure,elle a pris la leçon de Zarathoustra, qui fut en son temps le grand escaladeur de l'absolu. [... ]

L'accompagne, sous les auspices du Chèvre-feuille étoilée, l'encre noire et acérée d'Anne Cotrel, dont les corps et les visages esquissés crient la souffrance et le désir, enserrés dans la masse nocturne et menaçante qu'il s'agit de vaincre et d'éradiquer ou... de fuir à jamais. Elles disent toutes deux que l'obscurantisme n'est pas une fatalité au pays d'Omar Khayyam... Et que la libération viendra peut-être par les femmes opprimées et niées. Gil Jouanard

 Lecture de Vénus Khoury Ghata

Magnifiques tes poèmes
Lus d'une traite

On dirait des esquisses d'un peintre
le visible cache beaucoup de non dit/
Leur brièveté doublée de beaucoup de dissensions visibles 
à l'oeil nu....

Chère Anne Cotrel,
J'aime vos dessins, très enlevés et relevés par un trait sûr par quoi vous accompagnez les poèmes de Fariba Hachtroudi. Cette iranienne dense et vive de qui la poésie m'a touché.
Merci de m'avoir communiqué votre livre "Abysses", un livre fort, lui aussi, satirique, tendre et violent, et qui entre amour et ironie, pose bien des questions quant à l'avenir de la femme iranienne.
À toutes les deux, merci ainsi qu'à votre éditeur
Amicalement,
Salah Stétié"

Inoubliables

Écrit par Jean Lattes. Publié dans Collection D'un art, l'autre

Inoubliables de Jean Lattes

Livre de photos, pour la plupart inédites, de femmes célèbres des années 50, 60 et 70 réalisé par Marie-Noël Arras et Janine Lattes, la femme du reporter-photographe.

Préface de Juliette Greco

Elles nous ont tour à tour séduits, passionnés, subjugués, conquis, émus.

Elles qui nous ont accompagnés, elles, qu’avant nous, nos parents ont aimées. Toutes ont en commun un destin d’exception. Elles sont ici immortalisées par l’œil amoureux et sensible du photo-journaliste Jean Lattès.

RDV sur notre page facebook

Feuilletez les premières pages

Exposition à louer

Sortilèges sahariens

Écrit par Behja Traversac. Publié dans Collection D'un art, l'autre

Sortilèges sahariens

Direction Behja Traversac
Préface Ahmed Ben Naoum

Au Sahara, plus loin que le Sahara...

Images et mots du désert. Détours et ruses pour croire qu'il est là et, parce qu'il  n'est pas là où on l'attend, on le dirait sacré. Leïla Sebbar

Sortilèges Sahariens allège le monde de cette fin d'année et nous élève. Karima Berger

Ce livre est enchanteur ! Djilali Bencheikh

Un livre magnifique ! Un ravissement ! Les photos, rares, parce que ce ne sont pas celles que l'on voit habituellement, et puis les textes... Quel plus beau cadeau !  Catherine Rossi

Oui c'est un beau livre dont votre maison peut être fière. Tahar Bekri

C'est vraiment un très beau livre ! Alice Cherki

Votre livre sur le désert est vraiment magnifique. La maquette est très réussie et la couverture très poétique. Alain Vircondelet

Tout lecteur sera envahi par le bruissement de l'air saharien et gagnera le repos devant tant de beauté. Ce livre est une leçon de philosophie à portée de pupille et d'oreille. Benamar Médiene

Ici je veux vivre, ici je veux mourir

Écrit par Ourida Nekkache. Publié dans Collection D'un art, l'autre

Ici je veux vivre, ici je veux mourir - Ourida Nekkache

Photos et textes
de
Ourida Nekkache

Préface de Najet Khadda 

Les déserts sont, restent, la réserve où, latent, le sens rêve en attendant d'émerger à la lumière. [...] Le désert comme nostalgie du sens qui le précède.
Mohammed Dib, catalogue Khadda, 1994


L'Algérien porte le désert en lui et avec lui.
Mohammed Dib, L'arbre à dires, 1998


À elles seules ces deux citations de Dib pourraient tenir lieu de préface au livre de Ourida Nekkache. De préface et peut-être aussi de justificatif si tant est qu'il faille se justifier d'ajouter un titre aux titres innombrables de la bibliothèque du désert.

Les lettres de Tamanrasset

Écrit par Catherine Rossi . Publié dans Collection D'un art, l'autre

Les lettres de Tamanrasset ROMAN
Texte & illustrations Catherine Rossi

Une lettre expédiée en 1965 de Tamanrasset par un agent français de la capitale du Grand Sud algérien à sa famille, est revenue 37 ans plus tard dans cette ville a indiqué lundi l’agence APS…

Filles du silence

Écrit par Jocelyne Carmichael. Publié dans Collection D'un art, l'autre

filles du silence PIECE
d'aprés « Cette fille là »
de Maïssa Bey 

Ecouter ce que nous disent des voix de femmes enfermées dans la plus odieuse des prisons : le silence. Aller jusqu’à elles pour briser le cercle des solitudes et des multiples abandons...

Poussière d’écumes

Écrit par Auteures d’Etoiles d’Encre. Publié dans Collection D'un art, l'autre

Poussière d’écumes PHOTOS
M.-F. Hua & R. Huet
Textes : Auteures d’Etoiles d’Encre

« Il peut partir ou rester là, au bord du chemin, au bord du destin/ Il peut partir avec son rêve avant qu’il ne s’échappe d’entre ses mains et roule dans le ruisseau/ Il peut partir où le mène son sourire, son innocence première/ Il peut partir… si quelqu’un lui fait signe ! » Suzanne Blaise.

 

Blues Bunker

Écrit par Dominique Le Boucher. Publié dans Collection D'un art, l'autre

Blues Bunker POEMES & PHOTOS
Dominique Le Boucher

« Paris 20ème… Quartier qui s’éparpille de la rue des Haies à la rue des Vignolles en passages coquins pour jardins obstinément là malgré Béton et papier monnaie… Passage Dieu… Impasse Satan […] Impasse des souhaits […]

Les deux Jean

Écrit par Jean Sénac - Jean Pélegri. Publié dans Collection D'un art, l'autre

Les deux Jean CORRESPONDANCE
Jean Sénac - Jean Pélegri

« Je n’arrive pas à savoir ce que l’enfance m’a laissé. Et pourtant elle ne cesse de me faire avouer ce qu’à la vérité je suis. » J. Pélegri
Je n’ai rien renié. Sur le rempart avec mon peuple, je maintiens un brin de jeunesse, comme du jasmin pour le regard. » J. Sénac