dimanche 30 août 2015

La métamorphose du Rossignol

couv metamorphose du rossignol rectoen librairie le 9 mai

Lorsque dans la nuit, une créature montée sur escarpins, les lèvres écarlates, jaillit laissant derrière elle une vie une vie terne et routinière, comment s'étonner qu’autour d'elle les hommes tombent, assommés ?
Mais qui est qui, au juste, dans cette histoire abracadabrante ? Fine Rossignol est-elle en danger ? Est-elle la femme d'un assassin ?
Par quel être inclassable la belle Camille, médusée, est-elle séduite ?
Tout au long de ce récit tendre, loufoque et sanglant, les catastrophes convergent, de Paris au cœur de l'Afrique, sur l'inénarrable F. Rossignol, qui, dans sa naïveté, cherchant le calme, récoltera la tempête, l'aventure, et l'amour.

 Feuilletez les premières pages

Lire la suite...

L'enfant plume, préfacé

couv enfant plume rectoen librairie le 9 mai

Ce texte se lit comme un poème, comme une chanson. C’est la mère qui parle certes mais il s’agit bien d’un duo car Elle, toujours présente, fait un bruit formidable !
Ce texte montre des parents aux abois, qui « craquent » et n’en finissent pas de chercher désespérément une solution ou du moins une piste pour échapper au malheur : retourner en Afrique par exemple, où Elle a eu une enfance heureuse, du moins en apparence…
Le plus remarquable réside sans doute dans la sincérité, l’authenticité et la mise à nu de cette mère souffrante. Elle peut dire sa violence et son désespoir avec une remarquable pudeur, sans la moindre exhibition. [...]

Ce poème est aussi une clinique de l’anorexie qui semble avoir glissé d’une génération à l’autre. Tout y passe au fil des pages : l’obsession de la nourriture, les ingrédients, les calories, les grammes, les rituels alimentaires, la maîtrise tandis que la mère s’essaie et s’épuise à tenter de trouver une porte de sortie : laisser exploser sa colère, s’opposer, simuler l’indifférence, lâcher prise, renoncer, abandonner. [...]...

Ce récit est aussi un message d’espoir pour des parents qui pourront retrouver certains points communs avec leur propre expérience personnelle ou familiale. Puisse ce témoignage leur venir en aide !

Dr Annick Poquet-Issad
Psychiatre

Feuilletez les premières pages

Lire la suite...

Revue n° 61-62 Nos révoltes

couv revue 61 62en librairie le 26 mars

Les révoltes ont l’âge de toutes les violences. Elles ont imprégné la longue Histoire des peuples. C’est sans doute l’un des phénomènes les plus anciens qu’ait connu l’humanité. Les temps nouveaux de toutes les oppressions et de tous les conservatismes laisseront forcément remonter les révoltes de demain. Et demain c’était la consternation, le chagrin du 7 janvier 2015 ; demain c’était le 11 janvier 2015, lorsque des citoyens ont dit NON nous ne resterons pas apeurés ou indifférents ; nous barrerons la route au meurtre, à la violence, par ce geste simple, pacifique : marcher ensemble pour dire notre profond désir d’union.Nous ouvrirons inlassablement les portes de la laïcité, de la liberté, si chèrement conquises. Mais pourtant, nous ne perdrons pas notre capacité de discernement : nous continuerons de chercher à comprendre, tout aussi inlassablement, l’enchaînement des causes qui conduisent aux crimes abominables auxquels nous assistons ici et ailleurs.

Dans ce numéro, une jeune Iranienne, Hasti Javadi, a accepté de répondre aux questions de Marie-Noël Arras sur sa conception de la révolte et la situation des femmes en Iran aujourd’hui. Feuilletez le début de l'entretien

Anne CotreL, a illustré ce numéro par des encres et des aquarelles spécialement créés pour les textes de nos auteures et a répondu à Isabelle Blondie dans un entretien qui dévoile son cheminement et la façon dont s’est construit son talent.

Anne Cotrel est peintre et dessinatrice, a suivi des cours à l’atelier Met de Penninghen et à l’école supérieure des arts décoratifs de Paris avant de poursuivre sa formation à l’université Concordia de Montréal. Canada, Italie, Suisse allemande,... Ses diverses expositions lui valent consécutivement le premier prix de peinture de la Province de Versilia en Toscane et celui de la Fédération internationale des Femmes artistes de Bruxelles.

Feuilletez le début de l'entretien

et l'édito de Behja Traversac

Lire la suite...

Les doutes du divisionnaire Vallandra

couve divisionnaire vallandraen librairie le 26 mars

Nono, jeune “anormal”, détesté par les uns, protégé par les autres, ne comprend pas pourquoi sa grand-mère ne lui répond plus. Il fonce droit devant lui sur son Booster, fuyant avec une rageuse exultation le sort qui est le sien. Son Booster est sa revanche, son arrimage à la vie qui lui a tout refusé.

Au cours d’une folle sarabande à travers Paris, où un tueur en série étrangle sans pitié, il rencontre une prostituée maternelle, un pédophile en 4x4, des petites filles détestables et d’étranges dames. Nono ne sait rien des crimes commis. Sans sa grand-mère il a faim, il a froid, il est vulnérable et doit se défendre tout seul.

Vallandra, qui suit le déroulement de l’enquête sur les meurtres de femmes et d’enfants, se demande que faire lorsqu’on est divisionnaire et que l’on sait que le coupable est innocent.

Feuilletez les premières pages !

Lire la suite...

Ce qu'elle veut dire

couverture ce quelle veut direen librairie le 12 mars

Françoise Renaud recueille ici ce qu’ELLE veut dire.
Elle, l’amie jamais nommée dans ce récit, représentée par ce pronom si « personnel » et universel à la fois. Elle, Humaine, ni plus, ni moins…
Se sentant accompagnée par l’écrivain dans l’épreuve qu’elle traverse, ELLE raconte, fouille son histoire pour  comprendre.
Peu à peu elle pénètre la broussaille, progresse à cœur.
Toujours la présence insistante de la mort qui ramène dans le camp de la vie et rallume les lampes sur les berges du fleuve.
La seule parole qui tienne est en train de s’écrire.
La vérité est dans le livre… dans le livre…

Feuilletez les premières pages

Lisez cet article du Midi Libre

ou celui ci

écoutez l'auteure en parler sur Divergence FM

Lire la suite...

Chaque pas que fait le soleil

COUV Chaque pas que fait le soleilEn librairie le 5 février

Huis-clos entre deux personnages.
Elle est otage.
Il est gardien.
Elle lui demande du papier pour écrire.
Entre eux va s’établir un dialogue.
Au centre de ce dialogue, l'humain, simplement.
Au-delà du mal.
On retrouve ici la force de l'écriture.
Celle qui repousse les limites de l'enfermement des hommes dans leurs convictions.


Un texte humainement émouvant, d’une actualité urgente, d’une beauté et d’une finesse littéraire limpide…

Yves Bombay, metteur en scène

Feuilletez les premières pages.

Lire les critiques sur babelio

 

 

Lire la suite...

Café zébré, thé à la menthe

couverture cafe zebre the a la menthe

en librairie le 5 février

Marc travaille trop, Clémence craque la première. Son père né au Maroc ne parle jamais de son passé.
Madame Calvetti veut sauver sa fille des griffes d’un père alcoolique.
Halima, l’aide, douce et efficace, invite tout ce monde à son mariage à Meknès.
Une pause inattendue.
Là-bas, Clémence va aider son père à affronter ses fantômes : les massacres de Meknès le 23 octobre 1956. Du détournement de l'avion de Ben Bella aux moines de Tibhirine, l'auteur suit les destins croisés de Marocains et de Français.
Passant du fol univers de l'entreprise aux fastes d'un mariage marocain, elle épingle les excès de notre civilisation occidentale. Ses personnages nous renvoient à nos propres fêlures et nous parlent d'espoir et de réconciliation.

 

 Feuilletez les premières pages.

 écoutez l'auteure en parler

  

Lire la suite...

La salle de bain d'Hortense - poche

couv-salle-de-bains-dhortense-pocheen librairie le 8 janvier 2015

Le hasard et le danger précipitent Patricia la fugueuse, en rupture de tout, chez Hortense, une très vieille dame, qui a mené sa vie avec audace, humour et passion. Elles vont s’apprivoiser et s’aimer.
La vieille dame, entourée d’amis plus originaux les uns que les autres, et la jeune louve solitaire, se lancent ensemble dans une aventure à rebondissements au cours de laquelle Hortense lègue à Patricia son amour du Burkina et son inaltérable confiance en la vie.
Quant à la salle de bain, vous découvrirez, en lisant ce livre, quel rôle elle joue.

Feuilletez les premières pages ici

Lire la suite...

La petite fille sous le platane

couv-sous-les-platanesen librairie le 8 janvier 2015

À travers le regard naïf et singulier d’une enfant malicieuse et turbulente, nous suivons, dans ce récit, les péripéties d’une famille éprouvée par la guerre d’Espagne. Comment, pour rejoindre le père, républicain parti travailler à Alger, passer de Polop, un petit village du Levant espagnol où tout est familier, rassurant, paisible, à une grande ville de l’autre côté de la mer, où tout paraît étrange, inquiétant, incompréhensible ? Comment retrouver des repères, s’adapter à une nouvelle société, acquérir une nouvelle langue ?
Comment aller droit vers l’inconnu sans perdre l’équilibre ? S’intégrer sans se déposséder de son histoire ?
Un récit passionnant, drôle et émouvant, qui ne nous quitte pas, même après avoir refermé le livre. Une magistrale leçon de vie.

Feuilletez les premières pages

ou cet extrait

et écoutez l'auteure en parler sur Radio Aviva :  16. “COMEDIE DU LIVRE - ROSA CORTES, LA PETITE FILLE SOUS LE PLATANE 300515”

Lire la suite...

Revue n° 59-60 Métamorphose

COUV EE-59-60 rectoen librairie le 16 octobre

En choisissant le thème de la métamorphose pour ce numéro, nous avons choisi de nous intéresser à tout ce qui touche au vivant. En effet, aucune matière, aucune flore, aucune faune et, a fortiori, aucun humain, n'échappe à la métamorphose. De même qu'aucune société n'y échappe. nous ne reprendrons pas la célèbre formule de Lavoisier, mais lorsqu'on observe ce qui fait l'actualité de ces derniers mois, nous nous apercevons que les évolutions des normes sociales et notre rapport à ces mutations des mentalités et des comportements entraînent, aujourd'hui comme hier, des contestations qui peuvent aller de la manifestation pacifique à des protestations violentes.

Nous avons confié à la sociologue Christine Détrez une carte blanche sur ces sujets qui ont agité – et continueront sans aucun doute d'agiter – la France sur la «théorie du genre» et sur «le mariage pour tous».

Avec l'anthropologue Marie Goyon, la philosophe Brigitte Esteve-Bellebeau, le sociologue Arnaud Alessandrin et la juriste Dé Monstration, elle nous éclaire sur toutes ces questions... déjà abordées dans notre numéro 47/48 Féminin/Masculin.

Feuilletez les premières pages

Marie-Lydie Joffre, artiste plasticienne, s’entretient avec Christiane Tréan. Cette artiste que les lectrices et lecteurs d’étoiles d’encre connaissent bien, métamorphose tout ce qu’elle observe, arbres nus, pierres, papillons… elle dit aussi que l’œuvre d'art n'existe que par le regard des autres, et se transforme en conséquence. Feuilletez le début de l'entretien

Lire la suite...

Nuèch blanca

couverture-Nuech-blanca-Adeline-Yzac-recto-pour-diffusion-petit-format

en librairie le 6 novembre

Nuit blanche ou Xeroderma Pigmentosum XP. Une maladie rare, invalidante et troublante. La maladie des enfants de la lune. Manière adoucie de nommer ce qui échoie à Lalia, cinq ans, interdite d’aller au grand jour. Née au bord de la Méditerranée, dans le Bas Pays, elle est tenue à l’ombre de la maison et ne sort que la nuit. L’enfant a un rêve : voir la neige. Son arrière-grand-mère Angèle, qui l’initie à mille jeux, au rêve, à la parole, aux contes…, décide d’accompagner la petite fille chez des cousins « perdus de vue », à la montagne, dans le Haut Pays, en plein hiver.
Angèle souffrit d’un autre enfermement lorsqu’elle avait son âge.
Il neige, la nuit règne, c’est une joie sans fin pour l’enfant et un renversement pour l’aïeule qui, désœuvrée, voit toute sa vie défiler.

Feuilletez les premières pages

Lire cette critique pour vous donner envie de le lire.

Lire la suite...

Sur le fil de la nuit

couv-Sur-le-fil-de-la-nuit-rectoen librairie le 6 novembre

Au cœur du vieux Toulon, Paul, le Prince des secrets, gérant de boîte de nuit, déplie, pour une femme flic, la grande toile d'araignée dont chaque personnage tient un fil. Emmanuel le lanceur de couteaux et Sonia, une gueule d'ange sans ailes ni cervelle, mâcheuse de chewing-gum, qui blesse et dévore ceux qui passent à sa portée.
Finira-t-elle par se faire prendre?
Sur le fil de la nuit les lames volent, les cœurs se brisent, l'amitié demeure.

 Feuilletez les premières pages

Lire la suite...

A la memoire d'un ange

couverture-a-la-memoire-dun-angeen librairie le 6 novembre

1940-1944. Pauvre ou riche, artisan ou banquier, illettré ou lettré, le Juif est identifié, spolié, condamné, promis à la solution finale. Ses biens matériels, culturels, sont aryannisés.
À partir d’un fait réel que lui a confié la petite fille d’une femme emmenée en camp d’extermination depuis Allauch, non loin de Marseille, où elle habite, Michèle Juan i Cortada a imaginé cette fiction. Trois adolescents marseillais ont un exposé à faire sur la spoliation des biens juifs à Marseille pendant la guerre de 1939-1945.
De recherches en trouvailles, d’une étape à une autre, ils découvrent des vérités, les faits historiques, des abominations, des élans de solidarité, et des secrets de famille qui feront basculer leur destin. Un portrait de femme les aidera dans leur recherche.

Feuilletez les premières pages

Lisez cette critique

Lire la suite...

Les ailes brûlées

couverturelesailesen librairie le 3 juillet 2014

 Je suis El hadja, née le 6 octobre 1979, j’ai quitté ce monde le 13 septembre 2000, brûlée vive par TOI, mon propre frère.

Ce roman est une tragédie où se croisent deux formes d’écriture, littéraire et théâtrale.

Quelques années après sa mort, l’esprit de la jeune comédienne revient à Mostaganem en Algérie. Elle convoque sa famille et sa meilleure amie sur la scène du petit théâtre où elle s'est épanouie et nous fait assister au vrai procès que la justice n'a pas rendu.

Un témoignage poignant qui donne la parole à la victime qui a souffert une triple injustice, le crime, le silence et l’oubli en hommage à cette comédienne prometteuse.

 

Feuilletez les premières pages

 

lire les 5 bonnes critiques sur Babélio

 Une excellente critique de Maïa Alonso

et une autre de Farouk Bahri

Lire la suite...

Totémisés

en librairie le 5 juin 2014

TOTEMI2Une question chahute sur quatre décennies, Charles, Catherine et Estéban, dans ce conte contemporain : Qu’est-ce que la norme… et comment se situer dans un monde en perpétuel mouvement ?
Leur histoire d’amour/s, au sein de cette chronique familiale sillonnant l’Île de Ré, le port de Gênes, le lac de Côme, Toulouse et la Cerdagne, les confronte aux phénomènes de notre société, intrusive et exclusive à la fois…
Des rites initiatiques du scoutisme aux performances des FEMEN, via les expériences de Milgram, ce trio – et le clan Ramires qui l’accompagne – s’interroge…
Subir ou réagir ? Obéir ou désobéir ?

Feuilletez les premières pages

Lire 4 critiques sur Babelio

article de presse

Lire la suite...

On dirait qu'elle danse

couv-on-dirait-quelle-danseEn librairie le 2 mai 2014

Que peut-il bien se passer dans la tête d'une petite fille qui, un soir, après une colère, ouvre  la fenêtre  et  saute  dans  le  vide ?  L’auteure  se glisse dans la peau de cette fillette et, le temps d'une représentation, trouve les mots justes pour tenter de dire les peurs, les rêves, la douloureuse lucidité de ces enfants passés de l'autre côté de l'enfance.

« Non, je ne veux pas grandir Je ne veux plus avoir peur Parce que tout au bout de l’enfance,

il y a le monde. Le monde des adultes. De ceux qui ont peur Peur pour nous. Peur pour eux.

Peur de tout.... écrit superbement Maïssa Bey prêtant sa voix à cette enfant de neuf  ans qui a délibérément préféré rejoindre les étoiles à (bout de) force d’entendre la pensée raisonnable et raisonnante des adultes.

Yves L. Inferno-magazine, 12 novembre 2013
Texte commandé par le metteur en scène, Jean-Marie Lejude

 

Lire la suite...

NON !

 couv-NONen librairie le 2 mai 2014

Dans NON !  il n’y  a qu’une  seule  voix :  celle d’une jeune  fille de dix-sept ans. Internée dans un hôpital psychiatrique. Engluée dans des engagements qu’elle croit  ne  pas  pouvoir rompre,  elle  est  devenue  ano-rexique. Incapable de dire NON ! Elle est emprisonnée dans le silence.

Dans un  long monologue  interrompu parfois par  la mère ou l'interne, la jeune fille prend conscience de ce qui l'a amenée là. Réussira-t-elle à faire basculer sa vie du bon côté ? On peut l'espérer. 

Lire les critiques de Babelio

Lire la suite...

Revue Nº57-58 Dites-le avec humour

En librairie le 20 mars !

couv-57

Après la légèreté, étoiles d’encre aborde l’humour.... Parce que nous aimons tous et toutes le rire et le plaisir qu’il est censé nous octroyer, mais plus encore peut-être la découverte de ce qui est caché, masqué en nous et que ces instants de rire et de plaisir nous permettent d’explorer.

L’imagination humoristique populaire est un havre pour faire contrepoids au désespoir. Et même si l’humour a mille formes, mille pays, mille figures, mille époques, mille contextes, il est, depuis la nuit des temps, cet arrêt sur rire qui nous sauvegarde, nous sauve, comme le font parler, nos auteures dans ce numéro. L’humour franchit les frontières et les efface : dans ce recueil le dessin du 8mars 2013 de Doaa Eladl: « Une femme fauteuil » répond au texte de Mahia Alonso « Une femme chaussure ».

Trouver une femme caricaturiste pour illustrer ce numéro sur le thème de l’humour ne fut pas évident! Et pourtant nous l’avons trouvée et c’est en Egypte ! Doaa Eladl, célèbre caricaturiste égyptienne, a généreusement offert ses caricatures. Elle a aussi illustré la couverture d’« Égypte An II» le livre de Fawzia Assaad qui s’est rendue au Caire pour la rencontrer et l'interviewer. Artiste talentueuse et courageuse, elle croque chaque jour la réalité politique et sociale de son pays.  

Feuilletez les premières pages !

Les premières pages de l'entretien sont ici.

Lire la suite...

Page 1 sur 3

«DébutPrécédent123SuivantFin»
captcha 

PANIER

 x 

Panier Vide

Se connecter

Les auteures